Additifs alimentaire : un danger ?

Vous êtes-vous déjà demandé ce que qu’étaient le E420 ou le E100 ? Que signifient-t-ils ? A quoi servent-ils ? Saviez-vous que plus de 300 additifs alimentaires sont utilisés dans les produits que nous consommons en France ? Aviez-vous déjà entendu parler des additifs zootechniques ? 

Ce mois-ci, l’équipe des Petits Plats d’Arthur tente de vous expliquer ce que sont les additifs alimentaires.

Qu’est-ce qu’un additif alimentaire ?

Les additifs alimentaires sont des substances rajoutées au moment de la fabrication du produit, lors de sa phase de transformation dans le but, entre autres, d’attirer le consommateur avec un produit esthétiquement plus « beau ». 

On retrouve des additifs alimentaires dans les produits destinés aux humains mais également aux animaux, c’est ce que l’on appelle les additifs zootechniques.

Il existe deux types d’additifs :

  • Les additifs dits « naturels » qui sont des micro-organismes prélevés sur des algues, des végétaux ou des minéraux. Ils sont utilisés depuis l’antiquité, notamment le gros sel, pour la conservation des aliments. 
  • Les additifs de synthèse qui sont apparus au XXe siècle lors de l’industrialisation des modes de production. 

Les additifs alimentaires remplissent différentes fonctions dans le produit fini : 

  • Garantir la qualité sanitaire des aliments, ce que l’on appelle communément les conservateurs ;
  • Améliorer l’aspect et le goût : ce sont les colorants et les édulcorants ;
  • Donner une texture particulière avec les gélifiants par exemple ;
  • Garantir la stabilité du produit en utilisant les stabilisants. 

Quel que soit le type d’additif ou sa fonction, il est obligatoire de le mentionner dans la liste des ingrédients que l’on retrouve sur l’étiquette du produit. On peut les lire sous deux formes, leur nom scientifique ou bien leur acronyme (E + un chiffre compris entre 100 et 1522). (Source : ANSES)

Les produits ultra-transformés, notamment par des additifs, sont contrôlés en Europe par l’EFSA (European Food Security Authority).

Un éveil des consciences ?

Lors de nos recherches, nous nous sommes aperçus que plusieurs additifs alimentaires n’étaient pas considérés comme dangereux et étaient donc légaux en France et en Union Européenne. Ils sont au nombre de 300 actuellement. Leur usage n’est donc pas interdit mais requiert une attention particulière quant au dosage dans les produits finis (Source : USP Que Choisir ?)


C’est donc au consommateur de veiller à ne pas dépasser sa Dose Journalière Admissible de consommation (DJA). Par ailleurs, de nombreuses études montrent que les enfants sont les humains les plus susceptibles de consommer des additifs en trop grande quantité.

Vous êtes fou d'avaler ça !

Mais depuis quelques années les scandales alimentaires, dénoncés par un ingénieur ancien de l’industrie agroalimentaire dans son livre « vous êtes fou d’avaler ça », se multipliant, les industriels les moins scrupuleux tentent de redorer leur image. Il est désormais plus rare de trouver des additifs dits « cosmétiques » dans nos biens de consommation, ceux-ci ne servant qu’à masquer une mauvaise qualité du produit. C’est le phénomène de « clean-labelling », littéralement en français nettoyage d’étiquette ce qui signifie, retirer tous les aliments/additifs non nécessaires au produit pour éviter de le surcharger.

Les distributeurs prennent également le créneau de consommation du « sans additifs », comprenant sans doute alors l’éveil des consciences des consommateurs français. Ainsi, vous pouvez par exemple retrouver la gamme « L’Essentiel » chez Intermarché qui regroupe 34 produits garantis sans additifs à ce jour ou encore les enseignes Carrefour et U qui retirent de leur rayon les produits contenant certains types d’additifs.

Les produits du quotidien que nous consommons sont des produits contenant, la plupart du temps, des additifs de toutes sortes.

Alors, de nouveaux moyens ont été mis en place pour débusquer les produits alimentaires bourrés d’additifs comme l’application Yuka ou encore le Nutriscore (qui fera l’objet d’un prochain article sur le blog des PPA). 

Mais est-ce que tout cela est suffisant ? 

Pas du tout si l’on en croit le rapport des contrôles des fraudes réelles par la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) de 2017. Ceux-ci indiquent que sur les 19 établissements contrôlés cette année-là, il a été référencé 84% de non-conformités, entre autres dû à un manque de transparence sur l’étiquette du produit. 

Et les PPA alors ?

Les Petits Plats d’Arthur font figure de très bon élève en la matière. Nous vous garantissons non seulement des plats cuisinés sans gluten et sans lactose mais également sans additifs et sans conservateurs. 
Nous sommes récompensés de délicieuses notes auprès du Nutriscore, qui n’affiche que des A (sauf pour le Gâteau au chocolat, mais que ne ferait-on pas pour du chocolat ?), mais également de Yuka qui attribue la note « Excellente » à toutes nos recettes (hormis le Gâteau tout choco). Nous les affichons fièrement sur la fiche produit de chacun de nos petits plats.

Informations complémentaires des lasagnes végés

Nos plats cuisinés sont donc une preuve que la gourmandise peut être saine, vertueuse et surtout sans additifs ! 🤩

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *